PATRICIA DUPAS

Vivre en harmonie avec le Reiki

L'Histoire du Reïki

Selon la tradition, le REÏKI a ses origines au Tibet. La méthode fut perdue au fil des ans mais fut préservée dans les textes sacrés Sanskrit.
Le REÏKI fut redécouvert par le Dr Mikao USUI vers la fin du 19ème siècle. Le Dr USUI a formulé la méthode moderne du REÏKI connue sous le nom de « «USUI SHIKI RYOHO », Système USUI de guérison naturelle.

Vers le milieu du 19ème siècle, le Dr MIKAO USUI était directeur d’une université chrétienne à Kyoto.
Au cours d’une discussion avec ses élèves, l’un d’eux demanda au maître s’il interprétait les enseignements de la Bible à la lettre. Celui-ci ayant répondu par l’affirmative, les étudiants lui rappelèrent les guérisons miraculeuses de Jésus, soulignant les paroles du Christ : «Celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes.» L’étudiant demanda comment il se faisait alors qu’il n’existait pas plus de guérisseurs à travers le monde capables des mêmes actes. Le Christ enjoignit aussi aux apôtres de guérir les malades et de ressusciter les morts. «S’il en est ainsi, veuillez nous enseigner sa méthode ».

USUI ne sut que dire. Selon le code de l’honneur japonais, un doyen se doit de répondre à toutes les questions de ses élèves. Devant cette impossibilité, il démissionna et prit la décision d’élucider ce grand mystère.
Après une très longue recherche qui l’a fait voyager en Amérique, dans les monastères du Japon et peut-être même au Tibet, et après avoir cherché dans les textes américains, japonais, chinois et sanskrit, le Dr USUI pensait enfin avoir trouvé les réponses intellectuelles aux guérisons de Jésus Christ. Ce qui lui manquait était la façon de les activer.
Il trouva ces façons après un jeûne de 21 jours sur le mont Kurama au Japon.
Il fut émerveillé de découvrir que cette nouvelle force pouvait arrêter un saignement et réduire la douleur. Après un temps de méditation, il décida d’aller travailler dans le quartier des mendiants à Kyoto, où il espérait les guérir pour qu’ils puissent recevoir des nouveaux noms au temple et ainsi être réintégrés dans la société.

Même si les résultats furent remarquables et que beaucoup furent complètement guéris, le Dr USUI commençait à remarquer le retour de certains dans les quartiers pauvres.
Il réalisa finalement qu’il avait manqué de leur enseigner la responsabilité, et surtout de leur enseigner la reconnaissance. Il a alors réalisé que la guérison de l’esprit était tout aussi importante que la guérison du corps physique. Il vit qu’en donnant le REÏKI gratuitement, il avait renforcé la conscience de mendiant en eux-mêmes. L’importance de l’échange devint évidente pour lui. Il était important que les gens donnent quelque chose en échange pour ce qu’ils recevaient; sinon la vie serait dénudée de valeur.
Il quitta le quartier des mendiants et commença à enseigner à travers le Japon. Un peu avant sa mort, vers la fin du 19èmesiècle, de Dr USUI donna la charge à l’un de ses disciples, le Dr Chujiro HAYASHI, un officier retraité de la marine. Il lui donne la responsabilité de continuer les traditions du REÏKI. Le Dr HAYASHI a fondé la première clinique de REÏKI à Tokyo.